Skip to main content

Contactez-nous au 06 19 58 38 39 Demander un devis

C’est l’histoire d’un fleuriste qui veut élaguer le référencement naturel du site web de son concurrent…

C’est l’histoire d’un fleuriste qui veut élaguer le référencement naturel du site web de son concurrent…

Pour améliorer le référencement naturel de son site web, un fleuriste achète le mot-clé « aquarelle » pour apparaître en 1re place sur un célèbre moteur de recherche. Ce qui pose problème au concurrent, titulaire de la marque « Aquarelle », qui n’arrive qu’en 2e place sur ce moteur de recherche…

Pour le concurrent, ce meilleur référencement naturel constitue une contrefaçon de marque et un acte de concurrence déloyale et parasitaire, car il crée une confusion chez les internautes qui, en tapant le mot-clé, voient ressortir un site web qui n’a rien à voir avec la marque « Aquarelle », ni dans l’annonce elle-même, ni dans le lien hypertexte, ni dans l’adresse URL, alors que c’est son cas. Une confusion que conteste le fleuriste : pour lui, l’internaute moyen peut parfaitement voir que son site web et celui de son concurrent proviennent d’entreprises différentes…

« Exact ! », confirme le juge, pour qui l’absence de confusion donne le droit au fleuriste de faire usage du mot-clé acheté !

La petite histoire du jour – © Copyright WebLex